Le PISAD agit avec les Scientifiques pour le progrès de la recherche dans les domaines de la Santé et de l’Environnement

Objectif ?

Trouver de nouvelles molécules naturelles et élaborer des extraits purifiés naturels à haute valeur ajoutée tout en créant une économie verte contribuant à sauver l’Amazonie et les peuples Índios.

Comment ?

Le PISAD apporte le fruit de 20 ans de travaux dans le domaine de l’anthropologie, des sciences de la vie et des biotechnologies – au travers des recherches du Pr. Meyer (link) – et de démarches institutionnelles permettant aux scientifiques partenaires de :

  • Accéder aux connaissances ancestrales Índios sur les plantes médicinales de la forêt amazonienne, incluant les prodrogues.  

 

En savoir plus

 

  • S’inscrire dans une Bioprospection légale et éthique de la plus grande réserve mondiale de ressources génétiques.

 

En savoir plus

 

  • Bénéficier, sur le terrain, d’une aide logistique, d’un cadre et d’infrastructures adaptés.

 

En savoir plus

 

  • Recevoir un appui scientifique interculturel, dans le cadre d’une stratégie définie par le PISAD, pour l’adaptation des biotechnologies vertes aux Savoirs médicinaux Índios et à la formation participative aux métiers verts.

En savoir plus

Apport des Connaissances ancestrales sur les ressources génétiques essentielles à la Science occidentale confiées par les Índios au PISAD dans une volonté réciproque de communication et de coopération équitable

Contribution majeure des données empiriques Índios en biologie, botanique, zoologie, médecine… :

  • Connaissance des vertus thérapeutiques de multiples espèces végétales ou animales acquise par un processus millénaire d’épreuves et contre-épreuves appliquées directement sur l’homme; propriétés découvertes au cœur des mythes fondateurs de leur civilisation (culture de la nature et Cogni’Índios), puis répertoriées dans les travaux du Pr. Meyer (UNESCO 00 BRA 603).
  • Capacité d’identification et de sélection de plantes prometteuses (L’unité HERBARIUM scientifique, pédagogique et culturel indigène) – grâce à l’expertise Índios et à notre méthodologie Cogni’Índios link à droite pour la recherche médicale et les médicaments du futur.
  • Transformation des mythes ayant trait aux plantes médicinales en connaissances pratiques pour les bioproduits modernes.
  • Expérience et maîtrise des pratiques ancestrales de culture et transformation des plantes pour la préparation des remèdes traditionnels, indication des pathologies et posologie…
  • Connaissance de la composition des terres et de leurs nutriments, des différents types d’eau (blanche, noire, jaune…) et de leurs sources, des conditions bioclimatiques… pour optimiser les cultures hydroponiques utilisées par les biotechnologies vertes
  • Adhésion et Accord des Pajés  (medicine-men mémoire vivante des savoirs) pour échanger, au sens propre du terme, avec les spécialistes des Biotechnologies occidentales, afin d’aboutir à des nouveaux principes actifs pour la santé et à une valorisation économique de la forêt: un arbre debout doit créer une valeur ajoutée supérieure à celle de l’arbre abattu pour espérer sauver les tribus Índios et leurs ressources naturelles.

Bioprospection légale contre Biopiraterie : Principe éthique défendu par le PISAD avec les scientifiques qui s’engagent à un accès aux plantes médicinales sans pillage des ressources naturelles pour une valorisation équitable et durable de cet Or vert

Fondements et apports de notre démarche:

  • Exploitation, sans nuire à son auto-régénération, de la plus grande réserve naturelle de plantes médicinales et de toxines animales rares : 80% des espèces vivantes de la forêt amazonienne restent à découvrir pour la pharmacologie, la cosmétologie, la nutraceutique…
  • Protection juridique de la valeur des savoirs traditionnels associés à la biodiversité, des droits de propriété intellectuelle et des créations développées en partenariat avec les centres de recherche.
  • Suivi des règlementations nationales et internationales  en faveur de l’exploitation et de la gestion durable et équitable de la biodiversité (Lutte contre la biopiraterie).

Aide logistique et administrative du PISAD aux Scientifiques partenaires pour leur faciliter l’accès à la richesse de l’univers unique des forêts équatoriales

Apports et nature de l’accompagnement :

  • Mise en relation avec les responsables indigènes et les partenaires locaux, gage d’une relation de confiance  (Le pont de communication et de coopération©).
  • Mise à disposition de toutes les autorisations obtenues par le Pr. Meyer, fondateur du PISAD, auprès des autorités d’État et des communautés Índios: faciliter avec la FUNAI  (COORDINATION DU PISAD le droit d’entrée en territoire Indien, avec le CGEN l’accès aux ressources génétiques; assurer la sécurité des missions via l’État-Major des Forces Armées…
  • Organisation des missions dans les meilleures conditions : localisation des tribus aux savoirs préservés; bénéfice du système de protection et de surveillance satellitaire de l’Amazonie; choix des itinéraires et déplacements (hydravion, bateaux, pirogues) ; assistance d’interprètes…
  • Hébergement dans des structures spécialement édifiées dans les villages Índios équipés de liaisons satellitaires
  • Jouissance d’infrastructures et équipements (La Bâtisse) : accès au laboratoire de la plateforme Herb’Içana© du PISAD équipé de matériels de haute technologie adaptés aux projets de Recherches & Développement permettant d’associer efficacement les savoir-faire scientifiques des Sciences du vivant et les Savoirs traditionnels Índios.

Appui scientifique interculturel du PISAD aux centres d’excellence occidentaux pour la création de bioproduits à haute valeur ajoutée en vue d’une économie verte et solidaire

Sciences appliquées et Coopération socialement responsable et écologiquement fiable :

  • Découverte de la taxonomie des plantes selon l’approche Índios, très différente de l’approche occidentale (taxonomie vernaculaire vs ethnobotanique, ethnopharmacologie…) permettant l’enrichissement de l’inventaire mondial de la biodiversité (une implantation dans un village indien au coeur de la forêt amazonienne) dans le cadre de la PNB brésilienne et GBA de l’ONU.
  • Apprentissage avec les Índios de nouveaux ‘rapports aux plantes’, de techniques originales de ‘manipulation’ des plantes : Mission AltoiCana (Un accueil enthousiaste du Projet) e.g. habilité digitale (stéréognosique) des femmes Baniwa avec les plantules.
  • Offre de nouveaux nutriments pour les plantes prometteuses cultivées en hydroponie/aéroponie : terra preta à analyser par les scientifiques via des techniques biochimiques (analyse moléculaire), cf.Terra preta do Índio.
  • Bénéfice d’un écosystème privilégié offrant des conditions de culture optimales sur le terrain permettant jusqu’à dix récoltes d’extraits racinaires par an (ensoleillement, lumière, humidité, nutriments…) : la bioproduction in situ offre un bilan carbone très favorable car les principes actifs produits sont purifiés à 97% (poids léger) et la préservation de la forêt qui découle de ces activités compense largement les faibles pollutions dues aux transports.
  • Programmes de formation participative interculturelle Índios/Scientifiques  plus d’une dizaine de séminaires interactifs accompagnent la rencontre et le partage de connaissances entre Índios et scientifiques, la construction d’un système d’expertise collective permettant d’implémenter les technologies de bioprospection et les biotechnologies vertes, puis d’essaimer le modèle d’une exploitation de bioproduction d’extraits adaptée aux Índios d’Amazonie. (cf. UNESCO-CNAM « Formation et pratiques professionnelles » et Université de Genève).