Alliance pionnière

Le PISAD relie les Índios et les Scientifiques occidentaux par un pont de dialogue et de coopération juste et équitable : en apportant aux Índios des technologies écologiques high tech faciles à utiliser et inspirées de leurs techniques artisanales, les Scientifiques aident les Índios à exploiter les plantes médicinales de leur forêt sans la détruire. La haute valeur ajoutée apportée par des biotechnologies respectueuses de l’environnement adaptées à leur mode de vie, leurs valeurs et leur style cognitif, vise à assurer leur avenir et à développer la bioprospection légale, dans le respect des droits de propriété intellectuelle et en répondant à l’exigence d’un partage équitable des connaissances et des bénéfices issus de la coopération entre les peuples. L’Histoire de la coopération entre Índios et “Grands Scientifiques” ne date pas d’aujourd’hui. Depuis le XVIe siècle les Índios ont contribué à sauver de nombreuses vies humaines des deux côtés de l’Atlantique, en transmettant leurs savoirs en plantes médicinales et remèdes naturels aux Naturalistes et Scientifiques venus de l’Occident s’instruire auprès d’eux. La Science et les technologies occidentales ont permis de mettre au point les quinine, émétine, artémisinine, crépitine, d-tubocurarine… ou encore des blockbusters tels la pilocarpine et le captopril commercialisés par deux des cinq premiers laboratoires du globe. Ces molécules entrées dans la pharmacologie moderne soignent et sauvent la vie de milliers de personnesRÉFÉRENCE : M. C. Meyer, Amérindiens d’Amazonie, in RICHARD, D.; SENON, J-L. Dictionnaire des drogues, des toxicomanies et des dépendances, Paris, Éditions Larousse, 1999, pp. 35-42 dans le monde… sans oublier les curares qui furent introduits en Europe par Humboldt au XIXe siècle. Dans le contexte historique de l’époque, ces dons faits à l’Occident n’ont jamais été dûment reconnus et encore moins récompensés. Aujourd’hui, la prise de conscience de la communauté internationale relative aux ravages causés par la biopiraterie des ressources génétiques, amène la communauté scientifique à soutenir à l’action du PISAD.

Les Prof. Dr. Meyer et Richet engagés pour le développement durable
Le Prof. Dr. Meyer, président de la PISAD avec le Prof. Dr. Gabriel Richet, petit-fils du Prof. Dr. Charles Richet Académie de Médecine, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *